Silence expérience : déconnecter pour mieux créer !

 

Silence expérience : un moment suspendu

Déconnecter pour mieux créer ? Ou le récit d’un week-end en silence.

Il y a quinze ans, j’avais fait mon mémoire d’étude sur le Luxe. Le luxe qui était l’inaccessible, le clinquant, le savoir-faire à la française, le cher, le très cher. 

A l’heure de l’hyper connexion, du tout accessible, du brouhaha omniprésent, le luxe n'est-il pas de pouvoir s’octroyer un moment dédié à la rencontre de soi-même ?

Il en va de même pendant cette période de confinement. C’est peut-être même pire. Nous vivons un moment inédit, nul besoin de le rappeler. Ce qui me manque sans doute dans l’empêchement, c’est l’impossibilité de m’évader. Le deuxième confinement prolongé à coups de couvre feu n’est en rien l’égal du premier. J’ai vécu 2020 comme un infini des possibles. Un temps suspendu où la parenthèse offerte était synonyme de création, de reconnexion, de temps laissé au temps. Je vis cet hiver comme une entrave. 

Il faut tout à coup condenser sa journée dans un timing encore plus serré que le quotidien vécu habituellement. Nul horizon de sortie; nulle possibilité de voyage à l’autre bout du monde. 

C’est donc dans ce contexte d’étouffement que j’ai réfléchi à faire un breakUn vrai confinement, choisi, loin de toute onde, de toute image, de toute injonction au tout, tout de suite.

Je vous raconte ici un week-end de luxe véritable, celui de prendre le temps d’être avec soi, réellement. Un moment de reconnexion pour remettre de l’énergie dans sa création.

Silence expérience

Le principe d’une retraite Silence 

Participer à une retraite Silence c’est faire le choix de “s'extraire, pour un moment suspendu, du tourbillon de la vie et de se reconnecter avec soi-même, au travers du silence et en harmonie avec la nature.”

C'est Jeanne Dujardin, qui, forte de plusieurs retraites silencieuses, formée en Vipassana, et diplomée en thérapie et nutrition ayurvédiques fonde Silence en 2019. Le mouvement décline l’expérience silencieuse en plusieurs formats: des retraites sur un week-end, sur un plus long séjour ou encore des ateliers courts. 

Complètement novice de ce type de retraite, j’ai fait le choix de la tester sur un week-end. Au menu: 48 heures baignées dans un silence complet, des cours de Yin Yoga, de Qigong, de la méditation, une nourriture saine et végétarienne et le tout organisé au cœur de la nature pour une meilleure connexion entre le corps et l’esprit. 

Le crédo du mouvement : Humanité, Conscience, Essentiel. 

Epopée de mon week-end Silence 

Nous nous retrouvons à une heure de Paris “Au cœur du Domaine”. Une vingtaine de personnes portées par un désir profond mais propre à chacun. Chacun a sa propre histoire, et pour plusieurs elle semble lourde et oppressante.

Durant ces deux jours nous ne connaîtrons que peu l’histoire des autres. Et c’est cela qui m’a séduite. Imaginer plus que savoir. Regarder l’autre, le regarder vraiment je veux dire, jusqu’au fond de son âme. Ne se laisser biaiser par aucune parole.

Silence expérience - Retraite créative


Vendredi 15h30.

Après avoir été accueillie par nos gentils animateurs de colonie de vacances pour adultes en manque de quelque chose ; placés dans nos chambres ou nos roulottes, nous nous retrouvons tous au centre d’une vaste pièce baignée de lumière. Des tapis et du matériel de yoga y sont installés. Chacun trouve l’endroit qu’il occupera pendant 48 heures. Au centre, un autel discret mais imposant qui invite à la nature. Bois et coquillages ornent le centre de la pièce.

Nous commençons notre après-midi par un peu de paroles . Un exercice qui permet d’échanger quelques mots avec les autres participants ; on exprime sa joie, sa gratitude du moment, notre pourquoi.

Nous poursuivons par un cours de Yin Yoga avec Laurence. Je n’ai jamais pratiqué. J’ai une révélation. 

Le cours est réellement accessible à tous. Je fais beaucoup de Pilates, un peu de Yoga Prénatal en visio. Aucun cours de Yoga quel qu’il soit en réel. 

J’ai l’impression d’être plongée dans un monde parallèle. Portée par le son de la voix de Laurence, enveloppante. Nous nous installons dans des postures, longuement. Et je commence à comprendre ce qu’est la méditation. Le corps et l’esprit. Les chants, les instruments, tout est fait pour l’évasion et les vagues de pensées. J’avais peur d’être dans l’ennui, je me retrouve submergée par la douceur ivre d’une rencontre avec soi. 

J’émerge lentement à la sortie de la pratique; une seule envie : écrire ! Je me précipite sur mon cahier, je noircis des pages jusqu’au dîner.

Le repas se fait en silence. Chacun face à son assiette. C’est étrange au début, confortable ensuite. Je prête une réelle attention à ce menu végétarien. J’ai peur d’avoir faim. Il n’en sera rien. Le menu sera à chaque fois fabuleux et consistant. Un nouvel éveil des papilles.

La soirée est ensuite consacrée à une veillée méditative animée par Mikael et qui tout à coup me reconnecte à ma colère. Ma colère profonde et enfouie. Celle que je n’avais pas vu venir en venant ici. Celle que je ne peux qu'apprivoiser et accueillir dans l’instant car je ne peux hurler.

Je me couche, épuisée de tant d'émotions à 21h30. Mon portable est toujours éteint et c’est à peine si l’idée m’effleure de l’allumer.

Silence Expérience yoga

Samedi 7h30.

Des tintements dans le couloir pour sonner l’heure de l’éveil.

Nous débutons avec un cours de Qigong ; je ne savais même pas que ça existait. Nous sommes debout, en cercle toujours, les pieds ancrés dans le sol. La pratique s’apparente à une chorégraphie, lente, à du Tai Chi peut-être, où nous synchronisons respiration et mouvements. Nous remercions la Terre, puis le Ciel, puis l’ensemble des Êtres Vivants. Et c’est beau, magnifique. Cette symbiose dans le groupe, ce souffle et cette attention commune pour remercier le vivant.

Vient ensuite la méditation, la vraie, que je n’ai jamais réussi à pratiquer. Brute. Déstabilisante de fait. Je ne canalise aucune de mes pensées. 

Après le brunch - petit déjeuner, nous avons un long temps de pause. Le soleil hivernal est au zénith. Me permettant de me retrouver au soleil avec Boris Cyrulnik “Des âmes et des saisons” que j’ai emmené pour l’occasion.

Je lis très peu. J’écris. Encore. Je note qu’ici je n’ai à subir aucun interrogatoire ni jugement sur ce qui va être dit. Que les autres sont là, certes, mais dans un silence qui me protège. Chacun replié dans son monde intérieur.

L’après-midi est consacré ensuite à une marche silencieuse et méditative dans la nature avant un nouveau cours de Yin Yoga. A force de respiration les tempes me cognent. Ma colère en sourdine, encore. Je divague d’une posture à l’autre. J’ouvre la voie vers l'apaisement. Le ici et maintenant. 

Après le dîner servi à 18.30, nous faisons une veillée méditative dédiée cette fois-ci à la Pleine Lune. Nous débutons par une danse, une transe plutôt au son du -che. Réalisée en coordination totale par le groupe. Puissante.

Nous écrivons ensuite sur un morceau de papier tout ce que nous voudrions voir s’échapper avec cette Pleine Lune et nous retrouvons dehors autour d’un feu. Il fait terriblement froid. La Pleine Lune semble nous écraser de sa lumière et de sa toute puissance. A tour de rôle nous allons mettre au feu notre papier. Le symbole est très fort, le moment empli de magie. Et je peux vous dire après coup que tout ce qui devait partir dans mon cas est bien parti.  

Silence expérience

Dimanche.

C’est la dernière matinée silencieuse. Déjà. C’est passé très vite.

Nous refaisons un cours de Qigong suivi d’une méditation. L’état méditatif et cotonneux m’a totalement quittée. Je me sens prête à revenir dans le réel. Après le déjeuner nous terminons notre week-end par un retour à la parole.

Le temps de découvrir un peu de l’Autre. Et de son retour d’expérience. Je suis frappée tout à coup par la multitude du “pourquoi j’ai fait ce séjour”, la diversité des profils et des attentes. L'intensité émotionnelle des êtres qui m'entourent. Leur sentiment de plénitude.

Silence experience

Qu’est ce que le Silence apporte à la créativité ?

Vous l’aurez compris. J’ai vécu très intensément ce moment suspendu. J’ai découvert de nouvelles pratiques, une nouvelle façon de se nourrir également et ai complètement rechargé mes batteries dans un laps de temps finalement très court. 

Je le savais déjà mais j’ai mesuré à quel point il était important de consacrer du temps à son art. Vraiment. 

Personnellement j’ai tendance à créer dans l’impulsivité. J’ai compris qu’il fallait s’octroyer, se bloquer de vrais créneaux pour pouvoir être avec soi ; loin du bruit du monde. En coupant son téléphone bien sûr mais aussi en s’aménageant un lieu, même petit, un temps, même court, qui permet à la pensée de divaguer, de se connecter, puis de créer. 

Silence décline son expérience sur plusieurs thématiques. Le programme des prochains mois est en ligne et accessible sur leur site.

Je ne peux que vous recommander de vous octroyer du temps pour vous ; un temps où l'échange avec soi et les autres sort des sentiers battus ; un moment où ce silence laissera la place à vos émotions les plus pures.

Infos pratiques 

https://silenceexperience.com/

https://www.instagram.com/silenceexperience/

Yin Yoga avec Laurence  https://laurence franco-thermed.com

QiGong avec Mickael https://www.patreon.com/mikaelqigong

 

Laisser un commentaire