Constance Baudot, une artiste peintre qui nous parle d'infini, d'immensité et d'évasion.

 

Pour alimenter nos envies d’évasion et de grands espaces, nous allons aujourd’hui à la rencontre du travail de Constance Baudot. Cette Artiste Peintre nous parle d’infini dans des toiles figuratives ou abstraites. 

 
Constance Baudot Artiste Peintre Acrylique
Constance Baudot dans son atelier

Constance, peux-tu nous parler de ton travail ?

Mon travail est à la frontière du figuratif et de l’abstrait, et traite essentiellement de grands espaces marins, urbains, de montagne. Je ne recherche pas la représentation fidèle d’un paysage ou sa vision pittoresque, mais un rapport au réel subjectif et absolu. Ainsi le paysage sera-t-il avant tout lumière, espace et émotion.  Je travaille la matière au couteau et au pinceau essentiellement. Ma série des « Horizons » révèle un contraste fort entre ciel, terre et/ou mer pour mettre en valeur les notions d’infini et de grands espaces portées par cette ligne abstraite. Je travaille sur la frontière et l’entremêlement entre les éléments. Chacun est appelé à mettre en valeur l’autre. J’ai aussi développé une autre série, beaucoup plus figurative, presque photographique dédiée aux montagnes. Là encore, je vais chercher à faire ressortir les lignes de forces, l’aspect graphique du paysage et le contraste entre les éléments. Je peins à l’acrylique, que j’affectionne plus que les autres médiums, pour sa liberté et son champs d’action créatif.

 Constance Baudot Acrylique Série Horizon
Toile à l'Acrylique Série Horizons

Quelle petite fille étais-tu ?

J’ai vite eu l’étiquette de l’artiste de la famille car depuis toute petite j’ai suivi des cours de dessin et j’ai fait beaucoup d’aquarelle. Ensuite, j’ai suivi la méthode Martenot pour l’enseignement des arts, et ça a été mon fil conducteur assez solide. J’ai une mère qui enseignait la peinture sur porcelaine, j’ai donc été encouragée dans cette voie artistique. Au moment du choix des études, j’ai été un peu freinée dans cet élan, peu porteur du point de vue paternel ! J’ai fait des études de commerce international puis une école de communication, qui conserve un côté créatif. J’aime ce métier de communication mais j’ai toujours gardé dans un coin de ma tête qu’un jour je ferai quelque chose de mon talent.

Quel a été ton déclencheur pour te dire que tu voulais revenir à l’art ?

J’ai commencé à peindre à l’acrylique juste après mon mariage en 2006, délaissant peu à peu l’aquarelle, et me suis inscrite à cette époque aux Ateliers de la Mairie de Paris. J’ai eu un super Prof qui m’a énormément appris, pas tant sur la technique, mais plus à aller chercher ce que l’on a à l’intérieur de soi et comment l’exploiter. Ça a complètement réenclenché mon envie.

Suite à ça, j’ai commencé à peindre des toiles abstraites sur des formats de plus en plus imposants.

Comment as-tu vendu tes premières toiles ?

J’ai commencé à vendre des toiles par-ci par-là à cette époque, en parallèle de mon activité salariée ; d’abord à des amis et connaissances. Sans réellement me dire que c’était une activité propre. Puis décision de passer à temps partiel en 2012, en 3/5 : j’avais le mercredi pour les enfants et le vendredi pour la peinture. J’ai aimé cet équilibre. La peinture prenait de plus en plus de place dans ma vie. En 2015, j’ai suivi mon mari à Lyon, ce qui a occasionné quelques mois de chômage qui m’ont permis d’avoir plus de temps pour peindre. J’ai créé un site internet pour proposer mon travail à cette époque. Le fait de vendre m’a fait me poser la question d’aller plus loin. Mais je suis repartie dans une vie salariée à temps plein cette fois. Trois ans après, suite à une réorganisation, j’ai décidé de sauter le pas de la vie d’artiste à temps plein, au moins le temps de professionnaliser cette activité, de solidifier mes canaux de vente, de me faire connaître, et de juger in situ si c’est cette direction que je souhaitais donner à ma vie. Dans le même temps, mes enfants avaient vraiment besoin d’être accompagnés. Ça a appuyé mon choix. Ce type de décision se fait par étape.

 constance baudot série horizons toile acrylique
Toile à l'Acrylique Série Horizons

Donc tu as eu cette deuxième opportunité de te dire que tu pouvais réajuster ta vie ?

Exactement et je me suis dis qu’il était temps d’utiliser toute mon expertise de communicante pour que mes toiles ne restent pas dans l’atelier. J’ai démarché des galeristes et les choses ont pris une autre ampleur. Je suis rentrée dans le Club des Ateliers d’Artistes qui permet d’avoir une visibilité et de participer à des foires d’Art Contemporain multi artistes où des galeristes, dont c’est le métier, vont aussi parler et vendre tes œuvres. J’ai aussi développé ma présence sur les réseaux sociaux et plateformes de vente en ligne. 

 Constance Baudot Artiste Peintre Acrylique
Constance Baudot

Et aujourd’hui comment travailles-tu ? Est-ce que tu t’imposes des créneaux pour créer ou est-ce que tu es beaucoup plus dans l’improvisation ?

C’est un peu un mélange des deux. Je m’octroie deux jours fixes dans la semaine spécifiquement dédiés à la peinture. Et deux matinées à l’administratif, la prospection, la communication. Mais je suis très spontanée donc par moment je vais me mettre à peindre ou à faire des retouches, alors que c’est le moment de passer à table ! J’ai la chance d’avoir une pièce dédiée à la maison pour mon atelier. En parallèle je m’occupe également de la communication d’un réseau d’entrepreneuses lyonnaises où nous sommes environ 70. Ça a fait également partie de mon lancement artistique. Cette entraide en réseau m’a donné confiance dans mon travail.

Tu as connu des échecs artistiques ?

Il y a eu une exposition où je n’ai rien vendu alors que la fois précédente au même endroit j’avais beaucoup vendu. Ça m'a amené à me dire qu’il fallait être patiente. Je ne veux pas m’adapter au client pour vendre plus. Rester dans ma démarche artistique mais ne pas tomber pas dans la tentation de marketer un produit pour vendre plus. Pour moi cette patience est une vraie vertu.

 constance baudot toile à l'acrylique
Toile à l'Acrylique Série Horizons

Et est-ce que parfois tu travailles sur commande ?

Oui ça m’arrive. Ce n'est pas la manière la plus facile. Mais ce que j’aime dans la commande c’est de réussir à comprendre le besoin de quelqu’un et te dire qu’avec ce que tu vas peindre, ça lui fera du bien.

Je veux que ce que je produise soit un objet qui envoie de bonnes ondes à mes acquéreurs, leur provoque une émotion, de l’évasion et de la sérénité. C’est mon moteur. Ils arrivent avec une idée, un endroit qu’ils aiment... Si je suis la petite fée capable de leur construire cet objet qui n’existe pas mais qui les rendra heureux, c’est génial. Les briefs sont soit très précis, soit très conceptuels. Parfois des couples ont des visions très différentes de ce qu’ils veulent ! Alors je les écoute et essaie de choper l’envie commune. Sur commande, tu perds un peu de ta liberté mais la satisfaction des gens au final est très puissante. Je n’ai pas encore eu de gens déçus par le résultat. Mais c’est un vrai stress de leur dévoiler la toile. Est-ce que la magie opérera bien ? 

Ce que tu aimes le plus peindre ?

Ce sont les paysages qui m’intéressent, leur composition graphique, l’immensité, les lignes de fuite, les lignes d’horizon. Se sentir dépassé par cette immensité et savoir où est-ce qu’on se situe dans cette immensité.

Je ne me suis pas encore lancée dans des œuvres monumentales, où tu repeins tout un mur, mais j’y pense. Où tu laisses ton empreinte ailleurs que sur des toiles.

Le plus grand format que je peins aujourd’hui c’est du 89 cm par 116, qui est déjà imposant dans une pièce. Je fais quelques petits formats que j’appelle mes épreuves. Ils font en général partie d’un projet d’étude d’une grande toile. Je ne fais que des peintures originales, pas de reproduction. 

 Constance Baudot Acrylique Série Horizons
Toile à l'Acrylique Série Horizons 80x80

Tes projets pour le futur ?

En me lançant en janvier 2020, j’avais très envie d’exposer, comme tout le monde.

Les événements artistiques (prix, salons...) sont très impactés par la Covid. Et c’est vrai que ça t’aide beaucoup en début de carrière. Il va falloir être encore plus patiente. Et chose étrange dans le monde de l’art, tu as une espèce d’horloge biologique. J’ai 39 ans et donc je ne suis plus catégorisée ni dans les jeunes artistes (beaucoup de prix pour artistes émergents s’arrêtent à 35 ans), ni dans les autres catégories qui sont des prix pour récompenser une carrière.

Après ça ne m'empêche pas de vendre mais recevoir des prix ou participer à des événements reconnus dans le monde artistique te donne une certaine crédibilité.

Tu réfléchis également sur des séries d’affiches numérotées ou à élargir ton offre sur du textile ?

J’aimerai bien creuser cette piste du textile en effet. Certaines de mes toiles s’y prêteraient bien ! Avis à celles et ceux qui ont des pistes !

Un mantra qui t’accompagne ?

Chaque événement de vie a un aspect positif ; à nous de le voir et de le faire ressortir.

Retrouvez Constance Baudot sur 

www.constancebaudot.com

Instagram : @constancebaudot
Facebook : Constance Baudot
 

3 commentaires

  • Vraiment BRAVO !!! J’adore ton travail et ta façon de transcrire les paysages !!! Ça me procure effectivement de belles émotions !!!! ☺️

    Vinet Myriam-CLEOMY.
  • Bravo Constance pour ces beaux horizons que tu ouvres, très belles lignes et associations de couleurs. Vivement le transfert sur textile ! On en parle ? Bises parisiennes

    Caroline
  • Très heureuse de lire « ta vie d’artiste »
    Très fière de ce que tu fais , j’aime tant les espaces , il ne me manque que le vent!!!!

    ESTRANGIN

Laisser un commentaire